Image Alt
  >  Tips   >  Votre enfant voyageur a-t-il le mal de mer ou le mal des transports ?
mon enfant à le mal des transport

Votre enfant voyageur a-t-il le mal de mer ou le mal des transports ?

Bien qu’il soit assez rare que les enfants de moins de 2 ans aient le mal de mer ou le mal des transports, certains de nos enfants n’ont pas cette chance. Si votre enfant est souvent malade ou gêné dans la voiture sans raison apparente, le mal des transports peut en être la cause. Les voyages en voiture sont assez stressants pour les parents, et si les parents ne savent pas comment réagir face au mal des transports de leurs enfants, cela peut transformer même les plus simples excursions d’une journée en épreuves monumentales.

Voici quelques trucs pour minimiser les effets du mal des transports sur votre enfant, ou du moins vous aider à y faire face.

  1. Planifiez votre voyage avec soin – Si votre enfant dort, il sera moins susceptible de développer les symptômes du mal des transports. Essayez donc de planifier de longs trajets en voiture qui coïncident avec les heures normales de sieste. Certains parents ont même réussi à endormir leur enfant à l’avance et à le transférer dans la voiture.
  2. N’utilisez pas de jouets, de livres, etc. pour essayer de distraire votre enfant. Le mal des transports est causé par un mélange de stimuli reçus des yeux et de l’oreille interne. En demandant à votre enfant de se concentrer sur les objets à proximité, vous ne faites qu’aggraver les symptômes. Au lieu de cela, si votre enfant est assez âgé, essayez de montrer des objets qui sont éloignés, comme des collines, des forêts, etc.
  3. Évitez les odeurs fortes dans la voiture. Les odeurs fortes comme le parfum ou les aliments peuvent déclencher le mal des transports chez de nombreux enfants. Même certains désodorisants puissants dans les voitures peuvent servir de déclencheur. Au lieu de cela, gardez la voiture bien ventilée avec autant d’air frais que possible.
  4. Assurez-vous que la tête de votre enfant est bien soutenue dans son siège d’auto. Plus le rebondissement autour de la tête est important, plus le cerveau reçoit de signaux contradictoires et plus le mal des transports est susceptible de survenir.
  5. Enfin, n’arrêtez pas de voyager pour cette raison. Les recherches suggèrent que pour la plupart d’entre nous, les symptômes s’estomperont avec l’exposition fréquente. En grandissant, les enfants seront capables de reconnaître les symptômes eux-mêmes. Ils apprendront à se calmer ou à rester à l’aise en grandissant.

Post a Comment